Chirurgie de la hanche


    La hanche est l’articulation proximale du membre inférieur, c’est-à-dire la jonction entre le tronc et la cuisse. Elle a pour fonction d’orienter le membre inférieur dans toutes les directions de l’espace. Contrairement à l’épaule, cette articulation présente une moins grande amplitude des mouvements (compensée par la mobilité du rachis lombaire) mais par contre une très forte stabilité.

    Cette articulation est formée par deux surfaces articulaires sphériques.

    • la cavité cotyloïdienne : il s’agit de la surface articulaire creusée dans l’os du bassin qui va recevoir la tête fémorale. Elle a la forme d’une demi-sphère avec une partie recouverte de cartilage en périphérie, sur le pourtour de ce cotyle va s’insérer un bourrelet qui augmentera la surface de contact. Cette surface articulaire regarde en bas, en dehors et en avant.
    • la tête fémorale, il s’agit des deux tiers d’une sphère qui est supportée par le col fémoral ; ce col assure la jonction avec le corps du fémur, par ailleurs son orientation se fait en dedans, en haut et en avant.

    Lorsque ces surfaces rentrent en rapport, on peut constater en position debout que la tête fémorale est mal recouverte par le cotyle. En fait la coïncidence de surface s’effectue lorsque la hanche est fléchie à 90 degrés, ceci correspond à un vestige de la position quadrupède.

    La stabilité

    La stabilité de cette articulation est assurée par la capsule, manchon fibreux très solide étendu entre l’os iliaque et la base du col fémoral d’une part, par des ligaments antérieurs et postérieurs d’autre part. La disposition de l’orientation des fibres de cette capsule et de ces ligaments vont permettre d’assurer une bonne solidité tout en permettant une mobilité de l’articulation.
    Les muscles et l’orientation des surfaces articulaires augmentent de façon importante la stabilité de cette articulation.

    La mobilité et les muscles

    La hanche est moins mobile que l’épaule mais il existe trois axes de mobilité : la flexion extension, les rotations et l’abduction adduction.
    La flexion de hanche porte la face antérieure de la cuisse vers le tronc et son importance dépend de la position du genou. Lorsque la cuisse touche le tronc, une partie de la mobilité provient du rachis lombaire. Les muscles qui permettent la flexion sont des muscles antérieurs de la cuisse ou des muscles provenant de l’intérieur de l’abdomen.
    L’extension est plus limitée, elle est rendue possible par des muscles postérieurs de la fesse et de la cuisse.
    L’abduction, c’est le fait de porter le membre inférieur en dehors. Cet élément de mobilité est primordial dans la marche ; il est assuré principalement par les muscles fessiers qui peuvent ainsi assurer l’équilibre du bassin lors du passage du pas.